La psychosomatique, pourquoi ?

Des maladies organiques ou fonctionnelles peuvent apparaître lors de situations de vie difficiles et conflictuelles. Une maladie psychosomatique se caractérise par des symptômes corporels qui affectent les fonctions d’un organe du corps transitoirement ou durablement sans que ne soit décelé de lésion organique ; il s’agit de maladie fonctionnelle. On parle de maladie organique quand il y a atteinte d’un organe.

Bien souvent, les symptômes psychosomatiques apparaissent lors d’un état d’angoisse, de tension et de détresse qui désorganisent l’appareil psychique. Les tensions vont fragiliser l’organisme et entraîner une baisse des défenses immunitaires.

 

Le sujet est incapable d’éprouver, d’identifier, de qualifier et d’exprimer ses émotions ; le corps est comme séparé de la tête. Les conflits inconscients ne pouvant s’exprimer par la parole, viennent trouver un moyen d’expression dans le corps.

 

Prendre en compte ces éléments va permettre d’aborder la personne malade à la fois sur le plan somatique et sur le plan psychique.

 

La psychosomatique relationnelle se définit comme une thérapie ouverte et basée sur une méthodologie globale et intégrative ; elle prend en compte les sensations corporelles mais aussi les affects, l’imaginaire en lien avec l’histoire de la personne. La qualité de la relation sera déterminante pour une bonne prise en charge du patient.

 

Le corps est utilisé comme médium dans cette approche thérapeutique. Le travail corporel est favorable à l’émergence des affects, grâce à la relation thérapeutique et le transfert. Il va permettre de réinvestir son corps dans ses différents éprouvés et de rétablir le lien somatopsychique.

 

L’objectif de la psychosomatique relationnelle est de faire apparaître la problématique relationnelle à partir de l’organisation corporelle et, en l’inscrivant dans une dynamique circulaire avec le rêve et les situations conflictuelles de son histoire, de restaurer la fonction émotionnelle et imaginaire afin de dépasser le conflit relationnel plus ou moins fermé et se réapproprier sa subjectivité.

« L’imagination est plus importante que le savoir » Albert EINSTEIN.

« Une vie sans émotion est une vie perdue »

Roger FOURNIER.